Les jurons distingués

Nous avons souvent tendance à utiliser des jurons grossiers, sans forcément penser à ce qu’ils signifient…

Cherchons des synonymes courants et recherchés de quatre interjections vulgaires fréquemment utilisées en français :

Merde (substantif féminin) : excrément, fiente, crotte, caca, selles, déjection, étron, immondice, etc.

Putain (substantif féminin) : prostituée, courtisane, péripatéticienne, fille de joie, fille publique (vieilli), catin, belle-de-jour, belle-de-nuit, etc.

Bordel (substantif masculin) : maison close, maison de tolérance, boxon, etc.

Fait chier (périphrase verbale avec omission du pronom personnel sujet) : laxatif

Certains mots d’une vulgarité semblable sont aussi utilisés très fréquemment. Il nous paraît tout aussi opportun d’en proposer des alternatives :

Chiant (participe présent à valeur adjectivale) : déféquant

Chieur, chieuse (substantif) : déféqueur, déféqueuse[1]

Emmerder (verbe du premier groupe) : (en)crotter

Foutre (verbe du troisième groupe) : mettre (poser, déposer, entreposer, fourrer) ou faire (fabriquer, mener à bien, réaliser, etc.)

Un certain nombre de gros mots ont un signifié très peu correct. Nous avons donc préféré mettre là un frein au flot de notre imagination…

Afin d’illustrer notre propos, imaginons un dialogue entre deux étudiants, Jules et François. Ces derniers échangeraient dans une conversation-type de la vie en colocation:

—    Laxatif ! François a encore laissé son fille publique de shampooing dans la douche… François !
—    Péripatéticienne ! Pourquoi tu cries comme ça, Jules ?
—    Pourquoi ? Ah, belle-de-jour, ça, c’est la meilleure ! Combien de fois faudra-t-il que je te répète que, si tu laisses ton shampoing de fiente dans la douche, les autres n’ont plus de place pour mettre leurs affaires ?
—    Excrément ! J’ai encore oublié…
—    Ben ça…
—    Mais c’est pas ma faute, étron !
—    Courtisane de maison close de crotte ! En plus, tu vas essayer de me faire croire que t’y peux rien ? T’es malani[2], peut-être ? C’est vraiment déféquant que, chaque matin, quand j’arrive, le chef dans l’arrière-train[3], pour me doucher, le gigolo de shampooing de monsieur François m’en empêche… Ça m’encrotte vraiment de te dire ça, mais la prochaine fois, je le dépose dans la poubelle !
—    Fille de joie ! Fais pas ton déféqueur !
—    Mais c’est toi le déféqueur, boxon !

[1] néologismes ; [2] « teubé » ; [3] À vous de trouver quelle expression se cache dans cette réplique…

Vous aussi, vous aimez jouer avec les mots ?

Vous aimerez :

Les textos littéraires

Comment disait-on, dans la Grèce antique… ?

Nous parlons tous arabe sans le savoir…

La finance vulgarisée

Litanie des vins et des fromages français

Une soirée étudiante qui foira…

Les nouvelles blagues

Parlez-vous angevin ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s