Limitation à 80 : bonne ou mauvaise idée ?

Il y a bientôt un an, la limitation de vitesse est passée de 90 à 80 km/h sur de nombreuses routes de France. Était-ce une bonne ou une mauvaise idée ?

Sur Internet, il est impossible de trouver une étude sur les résultats de cette mesure.

L’objectif était d’améliorer la sécurité routière et de limiter les émissions de CO2. Qu’en est-il ?

Parcourant beaucoup de kilomètres pour des raisons professionnelles, je remarque que de nombreuses personnes ne respectent pas ces limitations. Lorsque je roule à 80 km/h, je me fais souvent dépasser par les véhicules qui me suivent, même lorsque le temps est pluvieux.

Un ami chauffeur de taxi remarque lui aussi une augmentation de mauvais comportements depuis un an :

  • dépassements dangereux
  • conducteurs énervés qui vous collent derrière
  • refus de priorité
  • etc.

Faut-il repasser à 90 pour autant ? Pas si sûr…

En effet, en ce qui concerne les émissions de CO2, le bilan est peut-être plus positif. D’après le site www.ecoconduite.org, « sur un parcours de 20 km, la différence de temps est de 1 minute et 40 secondes en conduisant à 90 km/h au lieu de 80 km/h… Par contre, dans ce même laps de temps et suivant la motorisation du véhicule, l’économie de carburant est de 2 à 5 %. Outre l’avantage économique de réduire la vitesse, il s’avère que conduire moins vite permet de prévenir beaucoup plus d’accidents (ainsi que les dommages possibles) : la distance de freinage est plus courte de 10 m à 80 km/h qu’à 90 km/h. »

Conduire à 80 est donc bénéfique à la fois pour l’environnement et pour la sécurité routière, du moins si on joue le jeu…

Pourquoi pratiquer l’écoconduite ?

En ce qui me concerne, j’essaie d’avoir une certaine conscience écologique. Mais malheureusement, mon travail m’oblige à beaucoup me déplacer en voiture. Alors comment rouler tout en limitant mon empreinte carbone ?

Vous trouverez quelques règles simples d’écoconduite sur ce lien.

De mon côté, voici ce que j’applique pour moins polluer :

  1. Je ne prends la voiture que lorsque c’est nécessaire. Si un endroit est accessible à pied ou à vélo, je ne brûle pas de gazole inutilement. Un peu de sport ne fait jamais de mal, c’est écolo et c’est gratuit !
  2. Quand je conduis, j’anticipe les feux et les ronds-points pour utiliser le frein moteur. Je ne freine pas comme un bourrin mais je rétrograde au moins sur 500 mètres (900 dans l’idéal). Lorsque moins d’1,5 km séparent deux ronds-points, je ne monte pas à 80 mais je reste à 60. Le GPS est très utile pour pouvoir anticiper…
  3. J’entretiens régulièrement mon véhicule (vidange tous les 15 000 km, contrôle des pneus tous les mois, etc.).
  4. J’utilise du carburant légèrement plus cher mais moins polluant. Il y a par exemple le diesel Excellium dans les stations Total ou l’Ultimate Diesel de BP. Rassurez-vous, je n’ai pas d’actions chez l’un ou l’autre de ces groupes pétroliers ! Je ne dis pas ça pour leur faire de la pub et il y a d’autres carburant de ce type qui sont tout aussi performants. Mais a priori, on peut faire 100 km de plus avec un plein de ce genre de gazole. À une dizaine de centimes de plus par litre, vous êtes largement gagnants ! D’autant plus que ces carburants sont meilleurs pour le moteur et votre voiture ira moins souvent au garage…
  5. Si je dois accélérer, je le fais de préférence en descente qu’en montée. Souvent, les villages sont dans des cuvettes. Je reste donc à 60 km/h tant que ça monte, puis quand ça redescend, j’accélère jusqu’à 80, sachant que le poids de la voiture m’évite de trop appuyer sur le champignon.
  6. Lorsque j’accélère, je le fais rapidement, en passant les vitesses à bas régime.
  7. J’évite de mettre la radio, les essuie-glaces et phares quand ce n’est pas nécessaire.
  8. Quand je ne suis pas pressé, je ne roule pas à 80, mais à 60 km/h. En effet, à partir de 70 km/h, un véhicule déplace deux fois plus d’air, donc consomme beaucoup plus. Mais rassurez-vous, je ne roule à cette vitesse que s’il n’y a personne derrière moi ou que si ceux qui me suivent ont la possibilité de doubler ! 😉
  9. Enfin, j’évite de mettre la climatisation, qui pollue énormément. Quand il fait très chaud, j’ouvre la fenêtre en-dessous de 70 km/h. Jusqu’à cette vitesse, ça pollue moins que la clim’. Mais au-delà, comme on déplace deux fois plus d’air, la fenêtre ouverte freine beaucoup plus le véhicule, qui consomme davantage. C’est uniquement dans ce cas que j’utilise l’air conditionné.

Vous me direz : c’est bien beau, tous ces efforts. Mais pour quel résultat ?

J’ai calculé les économies de carburant que j’ai fait de cette façon. Ma voiture consomme normalement 6 litres aux 100. Avec tous ces attitudes, je consomme autour de 4,6 litres. Cela fait donc une économie d’environ 23 % !

Pour résumer, nous n’avons pas de résultats fiables sur la limitation à 80. Mais si vous pratiquez l’écoconduite, l’environnement et votre portefeuille se porteront mieux ! 😊

Vous aussi, vous aimez refaire le monde ?

Vous aimerez :

Pour une écologie à visage humain

Quelle Europe voulons-nous ?

Que peuvent nous apporter les personnes en situation de handicap ?

Pourquoi enseigner l’histoire ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s