« El Olvidado » de Ska-P (paroles en français)

Vous aussi, vous êtes fan de Ska-P ? Voici ma traduction en français des paroles de « El Olvidado » (¡¡Que corra la voz!! – 2002)

L’oublié

Sous un pont en béton,
le froid pénètre ma peau chaque fois que la nuit tombe.
Parmi des boîtes en carton
ton indifférence à mon égard est une humiliation.


La solution n’est pas la charité ;
ça peut soulager, mais jamais soigner.
Quelle est la solution face à mon inégalité ?
Tant que la misère existera, il n’y aura pas de dignité.


Beaucoup de solidarité,
mais, si je traverse devant toi, tu vas m’ignorer.
La pièce que tu me donnes
me sert à pouvoir m’évader de la réalité.


C’est dit dans la Constitution
que j’ai le droit d’avoir une vie meilleure.
Quel tribunal puis-je saisir pour dénoncer
le fait qu’au moment du partage, j’ai été oublié ? (bis)

Des millions de personnes vivent dans la misère la plus absolue. Cours ! Big Brother arrive.

Traduit de l’espagnol par Jean O’Creisren,
 avec la collaboration de Pierre Jeanson et l’autorisation du groupe Ska-P

Source : https://www.musica.com/letras.asp?letra=32344 [consulté le 18 décembre 2019]


Vous aussi, vous vous sentez proche des plus pauvres ?

Vous aimerez :

Quel est le sens de Noël ?

« Alí el magrebí » (paroles en français)


Vous aussi, vous êtes fan de Ska-P ?

Vous aimerez :

« Alí el magrebí » (paroles en français)

« No lo volveré a hacer más » (paroles en français)

« The Lobby Man » (paroles en français)

Quel est le sens de Noël ?

Ah, Noël ! Le réveillon, la famille, les cadeaux… Mais derrière tout cela, quel sens donner à cette fête qui enchante les petits comme les grands ?

Pour rappel, les chrétiens célèbrent la naissance de Jésus. Ils croient que Dieu a voulu se faire homme pour nous apporter son amour et nous sauver. Et Jésus n’est pas né dans un palais. Non ! Il s’est fait petit enfant dans une famille tellement pauvre que l’accouchement s’est déroulé dans une étable, au milieu des bêtes. Oui, dans la religion chrétienne, Dieu, le Tout-Puissant, est aussi un Dieu qui se fait humble. Il nous rejoint au plus profond de nos misères. C’est un Dieu qui a le souci des plus pauvres. Jésus était particulièrement proche de ces derniers lors de sa vie publique. Il vivait pauvrement et appelait tout le monde à partager avec nos frères dans le besoin. Le Christ a témoigné de cette cohérence jusqu’au bout en acceptant de mourir dans d’atroces souffrances, comme le plus vil des malfaiteurs.

Que nous soyons croyants ou non, quel sens donner à Noël ? Le 24 et le 25 décembre, peut-être aurons-nous la chance d’être entourés ? Peut-être aurons-nous la chance de bien manger ? Peut-être aurons-nous la chance de recevoir plein de cadeaux ? Bien sûr, si nous avons tout cela, réjouissons-nous et profitons-en ! 😊

Mais malheureusement, tout le monde n’a pas cette chance-là… En France et ailleurs, de nombreuses personnes sont touchées par la faim, la pauvreté, l’isolement, la persécution, la maladie, le handicap… Entre deux bouchées de foie gras, aurons-nous une pensée, une parole, un geste pour nos frères et sœurs en humanité qui sont dans le besoin ?

Autrefois, dans les campagnes de France et dans d’autres pays, on mettait un couvert supplémentaire lors du réveillon. Cette « place du pauvre »[1] était réservée à un passant, un vagabond, une personne seule, qui pouvait se présenter à l’improviste ce soir-là. Il paraît qu’elle était très souvent occupée.

Et nous, que pouvons-nous faire concrètement, aujourd’hui ?

Dans notre entourage, peut-être connaissons-nous des personnes seules ? Nous pourrions très bien être à leur place et nous serions heureux si quelqu’un pensait à nous ce soir-là. Savez-vous que Noël est un soir où le taux de tentatives de suicide est très élevé ? En faisant un peu de place à notre semblable, nous pouvons donc lui sauver la vie…

Nous allons aussi dépenser plein d’argent pour acheter des victuailles et des cadeaux. C’est très bien : ça fait plaisir aux personnes qui en bénéficient, ça fait tourner l’économie et ça crée de l’emploi. Mais pensons-nous à consommer de manière responsable ? Et surtout, donnons-nous une part de cet argent à ceux qui en ont réellement besoin ?

Aujourd’hui, en France, de nombreuses personnes sont touchées par la pauvreté. Offrirons-nous un peu d’argent ou quelques victuailles festives au mendiant qui fait la manche à la sortie de la messe de Noël ?

Si nous voulons lutter de manière pérenne et efficace contre la misère, de nombreuses associations agissent au quotidien aux côtés de celles et ceux qui souffrent. Laissez-moi vous en présenter quelques-unes. Ce sont celles que je connais et en qui j’ai confiance. Mais bien sûr, vous en connaissez peut-être d’autres qui font le même travail de manière tout aussi efficace. Libre à vous de soutenir qui vous voulez ! Enfin, si vous le souhaitez et si vous en avez les moyens… 😊

Présent partout en France et dans de nombreux pays, le Secours Catholique lutte contre toute forme de pauvreté. Avec un solide réseau de bénévoles très engagés, cette association agit auprès des personnes seules, des SDF, des migrants, des Roms ou encore des enfants des quartiers populaires qui peinent à l’école… Pour Noël, pourquoi ne pas vous engager avec cette ONG pour organiser un réveillon pour les personnes seules près de chez vous ? Pourquoi ne pas prendre un engagement régulier pour faire des maraudes en proposant une soupe, un café et/ou une discussion aux personnes qui vivent dehors ? Pourquoi ne pas mettre vos compétences à profit pour aider des migrants ou des Roms à apprendre le français, ou des enfants à réussir leur scolarité ? Si vous avez des enfants, vous pourrez aussi accueillir un jeune vacancier de plus cet été. Le Secours Catholique a effectivement mis en place depuis longtemps l’Accueil familial de vacances (AFV). Un enfant issu d’un milieu défavorisé, qui n’a pas les moyens de partir se ressourcer, est accueilli dans une famille avec des enfants de son âge pendant quelques semaines. C’est l’occasion de tisser de beaux liens où tout le monde est gagnant. Mais le Secours Catholique apporte aussi une aide matérielle concrète aux personnes dans le besoin et nos dons sont nécessaires…

Une autre association qui lutte efficacement contre la misère est ATD Quart Monde. Elle se compose de bénévoles issus de tous milieux, et en premier lieu de personnes directement touchées par la grande pauvreté. Son fondateur, le père Joseph Wresinski, était issu d’un milieu très pauvre. La conviction d’ATD Quart Monde est que les personnes qui souffrent de la misère doivent être actrices de la lutte contre la pauvreté pour s’en sortir. Même au fond du gouffre, chacun a en soi la capacité de se relever et doit bénéficier d’un regard bienveillant pour le faire.

Mais bien souvent, ces personnes sont si blessées par la vie qu’elles ont besoin d’un accompagnement spécifique avant de pouvoir reprendre leur envol. L’association Lazare aide des personnes qui ont connu la rue. Elle les héberge dans des collocations avec des jeunes professionnels. Et vous, cette expérience vous tenterait-elle ?

Peut-être avez-vous une sensibilité davantage tournée vers le Tiers-Monde ? Dans ce cas, connaissez-vous le CCFD-Terre Solidaire ? Il s’agit d’une organisation qui lutte contre la faim dans les pays du sud. Elle participe à l’autonomie alimentaire des petits paysans par une agriculture respectueuse de l’homme et de l’environnement. Elle soutient notamment le commerce équitable.

Dans de nombreux pays, beaucoup de personnes n’ont pas la chance de vivre aussi libres que chez nous. Encore aujourd’hui, certains régimes pratiquent la torture. L’ACAT agit aux côtés des victimes et fait pression sur les gouvernements pour que les droits de l’homme soient respectés. En tant qu’adhérent ou sympathisant, vous pouvez envoyer tous les mois un courrier à l’autre bout du monde pour que justice soit rendue. Et bien souvent, agir est efficace. Des victimes sont libérées et des tortionnaires sont condamnés. Association chrétienne, l’ACAT vous propose également de prier, non seulement pour les victimes, mais aussi pour les bourreaux. « Aimez vos ennemis », disait Jésus !

Les victimes de la torture sont généralement celles qui ne pensent pas comme les plus puissants. Cela inclut les convictions politiques, mais aussi religieuses. Savez-vous que 75 % des personnes persécutées en raison de leur foi sont des chrétiens ? Cela représente 200 millions de fidèles dans le monde, soit un chrétien sur dix ! Que nous soyons croyants ou nous, ferons-nous quelque chose pour ces personnes qui ne peuvent pas pratiquer leur religion librement ? Liée au Saint-Siège, l’Aide à l’Église en Détresse vient en aide aux chrétiens du monde entier. Elle envoie également des jeunes en coopération chaque été, par le programme AED Mission.

Vous êtes particulièrement sensible à la cause des enfants maltraités ? Le BICE agit à leurs côtés dans de nombreux pays. Enfants traumatisés par la guerre, victimes de violences physiques et/ou sexuelles, ou encore d’exploitation au travail ; enfants touchés par la malnutrition ou la déscolarisation… Cette organisation lutte contre toutes ces injustices à l’aide de professionnels compétents. Elle s’appuie sur les travaux de chercheurs en psychologie, notamment concernant la résilience. Sur le terrain, éducateurs, psychologues et autres travailleurs sociaux agissent pour protéger ceux qui vivent l’aube de leur existence.

Et même chez nous, les enfants et les jeunes ont besoin d’être accompagnés. L’école n’est malheureusement plus une garantie de réussite, surtout si vous habitez dans une cité. C’est pourquoi Espérance Banlieues propose un enseignement de qualité aux jeunes issus des quartiers sensibles. Avec des méthodes pédagogiques hétérodoxes qui ont fait leurs preuves, ces écoles redonnent espoir à ces enfants à qui l’avenir a toujours été présenté comme morose. Après ce qu’il s’est passé ces dernières années, l’islamisme fait peur à certains d’entre nous. À mon avis, si nous voulons vivre dans une France apaisée et sécurisée, ce genre d’initiative est bien plus efficace que toute mesure coercitive… D’autres associations qui accompagnent les jeunes des cités sont Le Rocher et Massabielle, qui gère la Maison Bernadette.

D’autres personnes blessées vivent de la prostitution. Même si nous sommes chrétiens, nous devons les regarder avec bienveillance, car Jésus lui-même l’a fait. Quand quelqu’un en vient à vendre son corps, ce n’est pas sa faute. C’est très souvent un vécu douloureux qui l’a poussé dans cette direction. Sans compter que l’immense majorité de ces personnes n’ont pas choisi de faire ce métier mais sont les proies de réseaux de proxénétisme. L’association Magdalena les accompagne. Elle est notamment très présente auprès des personnes travesties et transsexuelles qui travaillent dans le bois de Boulogne.

Comme vous le voyez, de nombreuses formes de pauvreté existent. Et chacun d’entre nous a ses propres misères. Personne parmi nous n’est parfait. Alors autant nous serrer les coudes face à nos faiblesses respectives !

Une autre forme de pauvreté est le handicap. Cela peut tous nous toucher un jour ou l’autre. Prendre soin d’une personne handicapée, c’est prendre soin de mon frère ou de ma sœur en humanité, donc de moi-même. Au premier abord, le handicap peut faire peur. Mais au bout d’un certain temps, c’est la personne que l’on voit et non plus sa fragilité. Et chaque personne est belle et unique, au-delà de telle ou telle pauvreté qu’elle peut subir. Pour les personnes en situation de handicap moteur, l’association Simon de Cirène propose des colocations avec des personnes valides dans des logements aménagés. La communauté de l’Arche propose un principe similaire pour les personnes en situation de handicap mental.

Lorsqu’un enfant porteur de handicap naît dans une famille, c’est avant tout une bénédiction. Chaque personne a une égale dignité et un enfant handicapé est avant tout un être humain, qui mérite l’amour de ses parents. Mais bien évidemment, cela demande à ces derniers un investissement supplémentaire. Pour les décharger le temps d’un week-end, l’association À bras ouverts (rien à voir avec le film) organise des week-ends pour ces jeunes, avec des accompagnateurs bénévoles. Les enfants et adolescents handicapés peuvent profiter d’un moment de détente et les parents peuvent se reposer.

Enfin, si vous considérez que la vie est sacrée de l’instant de la conception à son terme naturel, vous pouvez soutenir des associations comme Alliance VITA ou la Fondation Jérôme Lejeune. Pour l’histoire, Jérôme Lejeune était le médecin qui a découvert les causes génétiques de la trisomie 21. Il considérait que la recherche devait être réellement mise au service des personnes souffrant de ce handicap, dans le respect de la vie. Alliance VITA accompagne des futures mamans et détresse ainsi que des personnes ayant besoin de parler du début ou de la fin de vie. Elle informe également les citoyens et les politiques sur les enjeux bioéthiques. Fondées par l’association Lazare, les maisons Marthe et Marie proposent des colocations entre des femmes enceintes en détresse et des jeunes professionnelles. Cela permet aux futures mamans de mener leur grossesse à terme et de construire un avenir serein et sécurisant pour leur enfant.

Et vous, comment souhaitez-vous vous engager pour donner un beau sens à Noël ? Peut-être certaines causes vous parlent plus que d’autres. Peut-être vous sentez-vous davantage concernés par d’autres combats : l’aide aux femmes et aux hommes battus, l’accompagnement des personnes âgées, des malades du SIDA, des personnes souffrant d’addictions ou de telle maladie orpheline ou psychique… Ou encore la protection de l’environnement. Peu importe ce que vous faites ou ce que vous donnez : l’essentiel est de ne pas oublier que Noël est aussi pour nos frères et sœurs qui ont besoin d’une main tendue. Et eux aussi nous soutiendraient certainement si nous étions à leur place… 😉

Jean O’Creisren

Crédits image : https://fr.freepik.com/vecteurs-libre/creche-illustration-design-plat_6035146.htm


Vous aussi, vous vous sentez proche des plus pauvres ?

Vous aimerez :

« Alí el magrebí » (paroles en français)

« El Olvidado » (paroles en français)


Vous aussi, vous aimez réfléchir sur des thèmes profonds ?

Vous aimerez :

Mon corps sous le regard de Dieu

Que peuvent nous apporter les personnes en situation de handicap ?

Espérer l’inespéré


[1] Pour plus d’informations sur la « place du pauvre », veuillez cliquer ici.

À la mémoire du Líder Máximo

Il y a exactement trois ans, Fidel Castro est mort. En tant qu’être humain, je ne peux pas m’en réjouir. En tant que chrétien, je prie et j’appelle à prier pour le salut de son âme.

Depuis la révolution de 1959, il aura apporté à Cuba de bonnes et de moins bonnes choses, mais le but de ce message n’est pas de faire de la politique.

Je voudrais simplement me rappeler le livre que le défunt a écrit lorsqu’il était emprisonné, suite à sa première tentative de coup d’État, en 1953. Cet ouvrage s’intitule L’histoire m’absoudra.

Je ne l’ai pas lu, mais je vous encourage à lire un autre livre, intitulé L’histoire me vomira, de Fiel Gastro.

¡¡Hasta la victoria siempre!!

Jean O’Creisren

Crédits images :  Camer.be, « Cuba : Fidel Castro, le père de la révolution cubaine n’est plus », article rédigé par Hugues Seumo le 26 novembre 2016. URL : https://www.camer.be/56195/11:1/cuba-fidel-castro-le-pere-de-la-revolution-cubaine-n39est-plus.html

Cet article vous a plu ? Lisez la version espagnole : Homenaje al líder máximo

Vous aussi, vous aimez jouer avec les mots ?

Vous aimerez :

Les jurons distingués

Les textos littéraires

Comment disait-on, dans la Grèce antique… ?

Nous parlons tous arabe sans le savoir…

La finance vulgarisée

Litanie des vins et des fromages français

Une soirée étudiante qui foira…

Les nouvelles blagues

Parlez-vous angevin ?

Homenaje al líder máximo

Hace exactamente tres años falleció Fidel Castro. Como ser humano, no puedo alegrarme de eso. Como cristiano, ruego por la salvación de su alma.

Desde la revolución de 1959 el líder máximo le aportó a Cuba buenas y malas cosas, pero el asunto de este mensaje no es hacer política.

Solo quisiera recordar que el difunto escribió un libro cuando estaba encarcelado, después de su primer intento de golpe de Estado, en 1953. Ese libro se titula La Historia me absolverá.

Yo no lo he leído, pero vosotr@s/ustedes podéis/pueden leer otra obra, titulada La Historia me vomitará de Hiel Gastro… 

¡¡Hasta la victoria siempre!!

Jean O’Creisren

¿Te ha gustado este artículo?

También puedes leer la versión francesa: À la mémoire du líder máximo

Más contenido en español:

La Biblia y el móvil

La Biblia y el celular

Chistes franceses

Faut-il privatiser les aéroports de Paris ?

Chers compatriotes,

Comme vous les savez, le gouvernement veut privatiser les aéroports de Paris. Faut-il accepter cette mesure ?

À mon sens, non. L’État est déjà surendetté, et ce serait le priver d’une manne financière dont il a besoin (173 millions d’euros par an). Par ailleurs, céder à des investisseurs privés l’accès à notre territoire national peut nuire à notre souveraineté.

En effet, ces entreprises privatisées sont aussitôt rachetées par ceux qui disposent de gros moyens financiers. Ils n’ont pas nécessairement les mêmes intérêts que le peuple français. Ce sont par exemple des fonds de pension qui cherchent à maximiser les profits au détriment des utilisateurs, des salariés et de l’environnement.

248 parlementaires de gauche et de droite se sont unis pour lancer un référendum d’initiative partagée. Si vous le souhaitez, vous pouvez signer pour que ce projet de loi soit soumis au suffrage universel.

Pour signer cette pétition, il faut jouir du droit de vote et être inscrit sur les listes électorales.

Il faut 4,7 millions de signatures d’ici mi-mars pour valider le référendum. Nous en sommes encore loin !

Cette demande officielle est une véritable occasion de nous engager pour notre pays, de manière simple, légale, constitutionnelle et concrète. Ainsi, nous pourrons au moins obtenir un débat sur les dispositions prises par ceux qui nous gouvernent.

Envie de signer ? Cliquez sur ce lien !

Jean O’Creisren

Crédit image : https://fr.freepik.com/vecteurs-libre/avion-commercial_4564760.htm

Vous aussi, vous aimez refaire le monde ?

Vous aimerez :

Pour une écologie à visage humain

Quelle Europe voulons-nous ?

Que peuvent nous apporter les personnes en situation de handicap ?

Pourquoi enseigner l’histoire ?

Limitation à 80 : bonne ou mauvaise idée ?

« Alí El Magrebí » de Ska-P (paroles en français)

Vous aussi, vous êtes fan de Ska-P ? Voici ma traduction en français des paroles de « Alí El Magrebí » (Ska-P – 1994) :

Ali le Maghrébin

Je ne sais pas si tu te souviens de moi, je suis Ali,
ce pauvre malheureux de la chanson d’à côté
qui s’est fait choper avec du haschich.
Ali, Ali, Ali le Maghrébin.
Un triste jour, j’ai décidé
de fuir la misère,
en traversant la frontière
pour arriver dans ton pays.


Contre le vent et à travers la mer, Ali !!!


Mes rêves sont devenus réalité, je vais arriver.
Je veux juste travailler, je ne demande pas de charité, mais seulement une opportunité.
Ali, Ali, Ali le Maghrébin, j’ai passé le détroit sans douter,
en risquant ma vie, en laissant ma famille, pour pouvoir, un jour, rentrer.


Contre le vent et à travers la mer, Ali !!!


À Londres ou à Paris, à Berlin, à Rome ou à Madrid
Ali, Ali, il ne sait pas où vivre, Ali,
à l’approche de l’an 2000, Ali
essaye de survivre.
Ali, Ali, ton croissant de lune est gris, Ali,
le ciel pleure sur toi, Ali,
perdu dans ce pays.


Plus de six jours sans manger, que vais-je faire ?
Je n’ai pas d’endroit où dormir, je ne pourrai pas résister.
Putain, je ne sais pas ce qu’il se passe ici…
Allah, Allah, aide-moi Allah,
comme ce Ramadan est long !
Personne ne me donne de coup de main alors que nous sommes frères.
Ton ancêtre est maghrébin.

Je crie au vent pour que m’aide Allah, Allah !

À Londres ou à Paris, à Berlin, à Rome ou à Madrid
Ali, Ali, il ne sait pas où vivre, Ali,
à l’approche de l’an 2000, Ali

essaye de survivre.
Ali, Ali, ton croissant de lune est gris, Ali,
le ciel pleure sur toi, Ali,
perdu dans ce pays.

Traduction : Jean O’Creisren, avec l’autorisation du groupe Ska-P


Vous aussi, vous vous sentez proche des plus pauvres ?

Vous aimerez :

Quel est le sens de Noël ?

« Alí el magrebí » (paroles en français)

« El Olvidado » (paroles en français)


Vous aussi, vous êtes fan de Ska-P ?

Vous aimerez :

« No lo volveré a hacer más » (paroles en français)

« The Lobby Man » (paroles en français)

Parlez-vous angevin ?

Ah, Angers ! Cette ville où il fait si bon vivre ! De Joachim du Bellay aux enquêtes sur la qualité de vie en passant par le journal espagnol El País, tout le monde vante la « douceur angevine »…

Mais savez-vous qu’en Anjou, on parle aussi un français un peu différent ? Ce phénomène est observé par la linguiste Henriette Walter dans L’aventure des langues en Occident. La professeure émérite à Rennes-II remarque que le patois angevin a disparu, mais qu’il a laissé des traces sur le parler du Maine-et-Loire. Nous allons voir quelques exemples…

Baner :

Ce verbe signifie « pleurer » ou « crier ». Quand j’étais en primaire, mes camarades et moi utilisions ce terme de manière très courante, comme nous aurions dit « chialer ». En jour, j’étais en train de discuter avec des cousins d’Orléans. Je leur ai parlé d’un enfant qui était en train de baner. Ils n’ont évidemment rien compris. Je me suis demandé d’où ils sortaient, pour ne pas saisir un verbe familier si courant. Ce n’est que des années plus tard que j’ai appris que c’est du patois.

Barrer une porte :

Cette expression signifie « fermer une porte à clef ». Il paraît que ça se dit en Anjou, mais je ne l’ai pas souvent entendu.

Berouette / berrouette :

Brouette. Si vous voulez entendre ce mot, venez pratiquer des activités agricoles dans la région !

Bouiner :

Ce verbe signifie « ne rien faire ». On pourrait le comparer à « glander ». Pour demander « qu’est-ce que tu fais ? » (parfois sous-entendu « on t’attend »), on dira : « qu’est-ce que tu bouines ? »

Brâiller :

Au même titre que « baner », on utilisera ce terme pour parler d’un enfant qui pleure de façon sonore.

Crayon de bois :

Suivant les régions, la mine graphite est appelée différemment. En Anjou, ce n’est ni « crayon à papier » ni « crayon gris », mais plutôt « crayon de bois ». Et ce, même lorsque ces fournitures ne contiennent pas un gramme de matière végétale…

Crémet :

Dessert typiquement angevin. Vous en trouverez la recette ici.

Du coup :

Cette expression, qui signifie « par conséquent », est tout à fait française. Mais j’ai l’impression qu’à Angers, on l’utilise plus qu’ailleurs. Moi-même, je ne suis pas épargné…

Goule :

En patois angevin, on utilise « goule » comme on dirait « gueule » en français familier : « je me suis cassé la goule. »

Liaisons en [n] :

En primaire, je remarquais que certains de mes camarades faisaient des liaisons en [n]. Par exemple, au lieu de dire « il en faut encore », ils disaient « y n’en faut encore ». Je pensais qu’il s’agissait d’une erreur d’enfants qui apprenaient à parler. Mais juste après le bac, j’ai fait la cueillette de pommes avec des adultes qui parlaient de cette façon. Depuis, j’ai eu l’occasion de rencontrer d’autres personnes s’exprimant ainsi. J’ai donc compris que c’est la façon dont on parle dans les campagnes du Haut-Anjou. Personnellement, je trouve que ça comporte un certain charme…

Patouille :

J’ai souvent entendu ce mot étant enfant. Je viens de découvrir que c’est du patois. En gros, la patouille correspond à un truc visqueux et pas très propre. Par exemple, quand un enfant joue avec de la boue ou mélange des aliments qui n’ont rien à voir. Encore aujourd’hui, je fais de la patouille en compostant mes déchets sur mon appui de fenêtre.

Pigner :

Verbe signifiant « geindre » / « pleurnicher ».

Topette :

Non, non, ce n’est pas une insulte homophobe ! « Topette ! » (parfois orthographié « Tôpette ! ») signifie « Au revoir ! » On utilise cette formule pour prendre congé d’une personne avec qui on est familier.

Pour terminer, je vous propose un petit dialogue plein de clichés pour illustrer la douceur de la langue angevine :

— Pourquoi barres-tu la porte avec cette berouette ?

— Parce que mon gamin est en train de brâiller et qu’on ne s’entend plus !

— Du coup, pourquoi il bane comme ça ?

— Il s’est cassé la goule en faisant de la patouille. Il mettait du Côteaux du Layon dans son crémet et il a glissé dessus…

— Y n’en faut peu, pour faire pigner un môme !

— N’insulte pas mon fils, l’ami ! Et d’abord, qu’est-ce que tu bouines ? Tu ne devais pas descendre la Loire sur ta gabare ?

— Certes ! Je me taille ! Topette !

Pour plus d’informations sur le patois angevin, cliquez ici ou ici !

Voilà pour la leçon de linguistique d’aujourd’hui ! J’espère que ça vous a plu… À bientôt pour de nouveaux articles ! Topette ! 😉

Vous aussi, vous aimez jouer avec les mots ?

Vous aimerez :

Les jurons distingués

Les textos littéraires

Comment disait-on, dans la Grèce antique… ?

Nous parlons tous arabe sans le savoir…

La finance vulgarisée

Litanie des vins et des fromages français

Une soirée étudiante qui foira…

Les nouvelles blagues

À la mémoire du líder máximo